Ethiopie - Mohamed Ali

Drapeau Ethiopie

Profil sensoriel

« Chocolat, noisette, fraise, boisé. Des notes florales et une grande sucrosité »
  • Espèce: arabica
  • Variété: Heirloom
  • Altitude: 1900 – 2000m
  • Récolte: Novembre à Janvier
  • Type de récolte: Manuelle
  • Séchage: Lits de séchage
  • Process: Nature

6,90€ / 250g

Disponible en grain ou moulu à la demande selon votre machine

Café du moment

Ethiopie - Jimma (BIO)

À propos

La ferme Beshasha Badiya

Le café Goma nature est collecté auprès de petits paysans, dans le woreda du même nom, en appellation Jimma. Ce district de Goma, comme celui limitrophe de Gera, font partie des zones de production caféière les plus réputées dans cette appellation. Les caféiers sont issus de la forêt sauvage de Choche, située à proximité de la petite ville d’Agaro. Ce Goma nature se caractérise par des notes florales et une grande sucrosité.

Le terroir de Gomma

Le café Goma nature est collecté dans le terroir du même nom, par deux exportateurs Mohamed Ali et Ahmed Abbatemam, qui sont des enfants du pays. Ce café est produit par de petits paysans au sein de l’appellation de Jimma, une des plus réputées d’Ethiopie. Le café est ici produit depuis plusieurs siècles, par des paysans aux savoir-faire traditionnels, qui perpétuent un héritage agricole régional. Les caféiers de Goma sont issus de la forêt sauvage de Choche, que la légende retient comme le lieu d’origine du café. Les parcelles exploitées sont situées à environ 2000 m d’altitude. Elles sont mises en valeur par les paysans selon un modèle de polyculture qui mêle productions vivrières et commerciales. Le café est une culture majeure de cette zone et les paysans s’attellent à en maintenir la réputation.  Le café est séché sur lits africains puis transporté à Addis Abeba pour y être usiné.

La région de Jimma

Jimma est une terre d’origine du café. Cette appellation bénéficie d’un environnement naturel riche où le café se développe majoritairement à l’ombre de grands arbres endémiques. Le café produit ici offre des tasses de belles qualités. Pourtant cette appellation a mis un peu plus de temps à rejoindre la scène du café de spécialité internationale. Le travail des producteurs locaux et l’organisation de ces caféiculteurs a permis de révéler le potentiel des cafés de Jimma, en assurant traçabilité et qualité.

Quelques mots sur Mustafa Mohamed Ali

Mustafa Mohamed Ali inscrit son activité dans une tradition familiale, plus spécialement dans les pas de son père, dont il cherche à maintenir l’héritage, ici agricole. La longévité de la famille de Mohamed Ali dans la production de café est due en partie à une stabilité rapidement acquise, dès les années 1950, par la vente des premières récoltes aux commerçants yéménites qui venaient alors s’approvisionner dans les campagnes éthiopiennes. Le père de Mohamed avait étudié en Égypte et était devenu Imam. Il entretenait des liens particuliers avec ces commerçants étrangers qui lui ont permis de développer ses plantations caféières. Quand Mohamed Ali a repris la gestion des parcelles dans les années 1980 il a immédiatement œuvré à leur maintien. Après une parenthèse de deux années passées en Arabie Saoudite (1984-1986), il revient dans sa région natale plus convaincu encore de la spécificité du leg de son père. Mohamed Ali travaille des parcelles de tailles relativement réduites, avec le souci de maintenir les spécimens issus des caféiers sauvages de la forêt de Choche et de produire un café de qualité. Il s’engage à protéger les forêts dans lesquelles son café est produit. C’est avec conviction qu’il rappelle le patrimoine naturel qu’elles représentent et l’apport de ce mode de culture pour son café. Suite à des évolutions de la législation éthiopienne, Mohamed Ali a la possibilité de vendre ses productions directement à l’international. Jusque-là les producteurs de fermes de tailles réduites devaient vendre leurs cafés soit à un collecteur soit directement à la bourse du café (ECX) à Addis Abeba qui centralisait les achats internationaux, estompant trop souvent la traçabilité. Ce tournant constitue une prise d’indépendance pour Mohamed Ali qui fait maintenant le choix de vendre son café intégralement à Belco pour une traçabilité totale.
Une torréfaction

Locale et artisanale

Une fois le café vert choisit avec intérêt, c’est au tour de notre torréfacteur « Cafés Pellizzari », situé à Bagnères de Bigorre, de prendre le temps d’écouter, sentir, cuire, prédire, goûter et recommencer jusqu’à définir et signer chaque torréfaction.

C’est ensemble, professionnels et amis que nous sommes devenus, que nous nous sommes rassemblés autour d’une séance de « cupping » pour déguster différents cafés parmi les meilleures origines et terroirs. Le café qui nous a le plus séduit a été sélectionné pour être spécialement importé et torréfié pour Mumu Café.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer une expérience de navigation optimale.